Sindone

Ce projet photographique parle du potentiel de l'être humain. Je crois que chacun de nous possède en lui une force illimitée qui transcende nos capacités physiques et mentales : il y a un trésor caché à l'intérieur de nous que j’ai cherché à représenter.


 

Je me suis inspiré du suaire de Turin, la « Sindone » en italien. C’est un drap de lin sur lequel figure l'image d'un homme que l'on croit être Jésus. La « Sindone » m'a toujours fasciné car elle est considérée comme une trace du divin qui est en même temps l'image d'un corps humain.


 

Cette dichotomie entre humain et divin et la façon dont chacun de nous la ressent est le socle de ma réflexion pour mon installation Sindone.

Comment perçoit-on le divin ?  Est-ce quelque chose d’extérieur à nous ou en nous-même ?

Et lorsqu’on le perçoit, l’accueillons-nous afin qu’il prenne place en nous ou activons-nous une partie de nous-même ?

Je crois que c’est une question d’équilibre et de coexistence. Si nous possédons une part de divinité, alors de la même façon le divin possède une part d’humanité.


 

Sindone oscille entre différence et ressemblance, entre corporalité et inconsistance, entre perfection et imperfection. Ces corps photographiés nous ressemblent plus que ce que l'on peut croire à première vue. Ils sont immobiles et pourtant une énergie les fait vibrer.

Les images sont exposées sous la forme d’une mosaïque de négatifs de 10x15 cm. La taille réelle des corps est ainsi conservée et le rétroéclairage rend leur aura divine visible.

Ils apparaissent ainsi à la fois unis et fragmentés.

Notes techniques :
négatifs noir et blanc
Foma Pan 100
taille négatif 10x15 cm

taille de l’œuvre :
largeur 75 cm
hauteur 180 cm
année 2016